top of page

Réponse au Covid19

Que fait-on pendant que tout est arrêté ?



Des projets qui devront attendre...


En mars nous avons annoncé que nous étions en pleine activité, réalisant du théâtre et sensibilisant dans la rue sur les violences commises contre les femmes et les filles dans la commune et formant avec les groupes de jeunes de Kafountine ; le tout financé par ZeroSet et l'Agence de santé publique de Barcelone.





À la mi-mars, nous avons dû arrêter le projet en raison de l'augmentation des cas de coronavirus au Sénégal et des mesures préventives qui ont commencé à être appliquées par le gouvernement : interdiction de réunions et de manifestations de toute nature, fermeture des écoles et des universités, fermeture des écoles. lieux de culte...


Nous avons donc dû mettre en stand-by les activités qui restent à réaliser : un atelier avec les jeunes de Kafountine et une journée de sensibilisation au centre de la ville.


Un autre projet qui devra attendre que la situation se normalise est celui que nous allions démarrer au début de ce mois d'avril : la création de deux jardins communautaires pour les femmes de la ville de Diannah et une formation en permaculture ; financé par la Députation Forale de Grenade et réalisé avec nos amis de Setem Andalucía.



Mais alors que tout est arrêté, nous continuons à prendre des mesures


Une caractéristique de nos actions est qu’elles font partie de la communauté dans laquelle nous travaillons, parce que nous nous sentons en faire partie. C’est pourquoi, en ces temps difficiles, nous ne pouvons pas rester les bras croisés.


Il y a quelques semaines, le Sénégal a décrété le port obligatoire du masque, d'abord pour les vendeurs des magasins alimentaires et autres points de vente (marchés, étals ambulants...), pour les transports et pour les services publics. Quelques jours plus tard, face à l’augmentation des cas, l’obligation a été étendue à la population générale.


Nous nous sommes donc mis au travail et, avec des amis de l'ONG allemande Apppropriaid (qui travaillent à Diannah sur des projets liés à la reforestation, à l'agriculture durable et à l'environnement), nous avons commandé 403 masques à distribuer dans la ville de Diannah, de la manière suivante :


- 100 pour les personnes âgées

- 100 pour les femmes des associations locales avec lesquelles nous travaillons

- 108 pour tous les points de vente de la commune

- 50 pour les femmes des marchés de Diannah et Kabar

- 45 pour les jeunes dans les motos-taxis


Ces masques seront livrés dans un pack comprenant également du savon et un dépliant informatif pour sensibiliser à l'importance de leur utilisation et à la manière de les utiliser correctement.



Cette semaine, nous finissons de tout préparer pour procéder à la distribution des packs avec les jeunes de Kabar et l'association des femmes Diannah SetSetal qui nous aideront à les distribuer.




Nous vous tiendrons informés des prochaines étapes !




0 vue

Comentarios


bottom of page