top of page

Nous clôturons le projet avec mille nouvelles idées

Demain, nous réaliserons la deuxième et dernière émission radiophonique sur la violence contre les femmes et les filles, dans le cadre du projet financé par l'Agence de santé publique de Barcelone et ZeroSet.


Le projet, que nous avions lancé en mars en organisant des journées de sensibilisation dans la rue, a dû être arrêté à cause du Covid19.


Ces journées comprenaient des danses masquées, du théâtre et des débats sur les violences les plus fréquentes contre les femmes et les filles dans la commune de Kafountine.


Comme nous vous l'avons déjà dit, avant de devoir arrêter, tout se passait bien : nous avons organisé 3 journées qui ont chacune rassemblé plus de 200 personnes, suscitant l'intérêt des participants et favorisant le débat sur des sujets comme les grossesses précoces, le mariage forcé ou la violence conjugale.



Nous avons également organisé un atelier sur le genre et les droits humains qui a regroupé des filles et des garçons de toutes les Associations Sportives et Culturelles de Kafountine - ASC, qui est la manière dont les jeunes s'organisent dans les quartiers - et au cours duquel ils ont parlé de comment affecte la répartition des tâches entre les deux sexes, la manière dont les droits des femmes et des filles sont violés et la manière dont les jeunes peuvent agir pour changer ces dynamiques .



En nous adaptant à la nouvelle normalité et alors que les mesures de prévention commençaient à s'assouplir au Sénégal, nous avons rencontré nos partenaires locaux du projet, l' Association des jeunes de Kafountine , pour adapter les activités restantes au contexte actuel.


Nous avons décidé de transférer la sensibilisation à la télévision et à la radio locales ; en se concentrant sur quatre thématiques récurrentes dans le domaine :


  • mariage forcé

  • début de grossesse

  • Violence conjugale

  • Les violations


Pour ce faire, nos amis de la troupe de théâtre ASKANBI ont préparé quatre pièces, une par thème.



Nous avons invité des spécialistes en santé sexuelle et reproductive de l'hôpital de Kafountine, des représentants de l'Association Kafountine de Lutte contre les Violences faites aux Femmes et plusieurs Badien Gokhs à venir, qui sont les premiers interlocuteurs à qui s'adresser dans les quartiers lorsque les femmes rencontrent des problèmes.



Cette semaine, nous avons travaillé avec la télévision locale pour réaliser les vidéos que nous diffuserons à Kafountine dans les prochains jours. Nous sous-titons également les interventions les plus intéressantes afin de pouvoir les partager prochainement avec vous tous.


Si nous avons vu quelque chose lors des différentes activités, c'est que les jeunes de Kafountine ont de l'intérêt et de la motivation à continuer de sensibiliser sur ces questions pour changer les choses , que nous avons des personnes avec une grande connaissance et implication à l'hôpital et dans les quartiers ; Prêt pour l'action; et que parler de ces questions pour la première fois à Kafountine a suscité un grand intérêt au sein de l'ensemble de la population .


L'année dernière, il y a eu plus de 20 grossesses précoces dans les écoles secondaires de Kafountine. Les jeunes de Kafountine et les autres personnes ayant participé au projet nous ont présenté des activités pour continuer à sensibiliser et accroître l'information de la population sur la santé sexuelle et les violences de genre.


Nous souhaitons donc continuer à y travailler. Pouvez-vous nous aider à rendre cela possible ?

Vous pouvez partager notre travail avec vos amis, votre famille et vos connaissances, devenir membre ou apporter une contribution spécifique ; ou faites partie du groupe teaming en donnant seulement 1 euro par mois.



Nous continuons!





0 vue

Comments


bottom of page