top of page

Journée de lancement

Cette semaine, nous avons organisé la journée de lancement du projet que nous avons réalisé avec l'aide de Setem Andalucía et avec le financement de la Députation Forale de Grenade. Un projet de douze mois visant à renforcer la sécurité alimentaire dans la commune de Kafountine à travers la réalisation et l'accompagnement de périmètres agricoles pour plus de 200 femmes.





La grange du Sénégal dans le marasme


Le projet se déroule dans trois quartiers de la ville de Diannah, où vivent ensemble des familles des ethnies Diola et Mandingue. Diannah appartient à la commune de Kafountine, située sur la côte de la région naturelle de Casamance, connue comme le grenier du Sénégal. L'agriculture, avec la pêche et le tourisme, constitue le principal moyen de vie des habitants de la région. Cependant, il y a peu de variété de produits et des périodes de pénurie pour certains d'entre eux, c'est pourquoi des bus chargés de produits du nord arrivent fréquemment.

« En tant qu'habitant de la région et connaissant la richesse du terroir casamançais, mon cœur se brise lorsque je vois arriver des produits importés du nord du pays », explique Bacary Sagna, secrétaire général de l'ONG Kakolum au Sénégal et spécialiste du développement durable. Agriculture, à ceux qui ont assisté à la journée de lancement. "Nous avons tout ce dont nous avons besoin pour nourrir nos familles et être indépendants et nous n'en profitons pas."


Selon Bacary, il y a un manque d'intérêt de la population envers l'agriculture en raison de l'utilisation répétée de produits chimiques qui tuent la fertilité des terres, du manque de connaissances des techniques agricoles appropriées (période de plantation, nutrition des sols ou besoins d'irrigation, entre autres) et le manque de variété des cultures qui crée une offre excédentaire du même produit et, par conséquent, une perte de sa valeur.


Que feront Kakolum et Setem Andalucía à ce sujet ?


Le projet consiste tout d'abord à créer un espace de croissance pour plus de 100 mères d'élèves de l'école secondaire Diannah . Le directeur de l'école et principal promoteur de l'idée, Souleymane Wade, a donné un hectare et demi du terrain de l'école pour créer un jardin communautaire pour les mères. La clôture du périmètre est déjà terminée, et la construction d'un point d'eau et l'installation d'un système de pompage et de canalisation solaire se poursuivront pour assurer les ressources en eau dans tout l'espace. Les mères des élèves disposeront d'un espace de culture avec tout ce dont elles ont besoin et en échange elles contribueront une petite partie de la récolte pour renforcer les fonds de l'école. Ces fonds serviront à acheter du matériel, à améliorer les installations et à couvrir les frais de scolarité des adolescents issus des familles les plus vulnérables.



D'autre part, les installations du jardin communautaire du quartier Djindem seront améliorées , un quartier périphérique situé entre forêt et mangrove avec un très faible accès aux services. Toutes les femmes du quartier et leurs familles y travaillent, confrontées à de gros problèmes d'accès à l'eau pour l'irrigation et sans matériel agricole adéquat. Un puits sera fixé et construit dans l'un des trous d'où l'eau est actuellement extraite ; un « puits » traditionnel qui comporte de grands risques lors de l'extraction de l'eau, des étangs seront construits sur tout le territoire et un système solaire sera installé pour canaliser l'eau. De plus, du matériel agricole sera livré pour faciliter le travail des femmes.


Enfin, ces deux jardins, ainsi que le jardin communautaire des femmes du quartier Kabar, créé par l'ONG Kakolum en 2018, bénéficieront d'une formation aux techniques d'agriculture durable et d'un accompagnement régulier pendant sept mois par les spécialistes en permaculture de l'entité. On montrera aux femmes comment préparer la terre, comment la nourrir, comment préparer du compost naturel et des pesticides à faible coût, et comment diversifier les cultures pour améliorer la nutrition de leurs familles et la production commerciale.


Nous allons continuer!

0 vue

Commentaires


bottom of page