top of page

Grossesse précoce à l'école

Ces dernières années, on a enregistré plus de 200 cas de grossesses précoces dans la région de Bignona. Ce nombre est en augmentation. Que faisons-nous depuis Kakolum pour inverser cette tendance ?


En avril prochain, grâce au financement de ZeroSet et TRASS, nous lançons un projet axé sur la santé sexuelle des adolescents, dans le but de contribuer à réduire les taux de grossesses précoces et de MST dans la municipalité. Il s'agit d'un projet pilote qui élargit ce qui a été travaillé l'année précédente en collaboration avec l'Agence de Santé Publique de Barcelone, et qui vise à être une autre étape dans le programme de santé sexuelle et reproductive que nous avons défini pour les prochaines années.


La désinformation, les tabous autour de la sexualité, les violences basées sur le genre… touchent les filles et les jeunes femmes du territoire où nous travaillons au quotidien et entraînent des grossesses précoces, des maladies sexuellement transmissibles et toutes les conséquences négatives qui en découlent.


Vous voulez savoir comment nous abordons ces problèmes ?




Renforcement du personnel de santé

Nous avons organisé un atelier avec le personnel de santé des centres publics de la région et avec le badienu gokh de la municipalité. Les badienu gokh sont une figure traditionnelle qui joue un rôle clé dans les communautés sénégalaises en matière de violences domestiques et de questions liées à la maternité, à la sexualité et à la santé.


L'atelier a duré 3 jours et a réuni 20 personnes, traitant de sujets tels que le genre et la santé, les droits humains et le droit à la santé et les techniques de conseil.



Conférences et ateliers dans les écoles


Nous avons, pour l'instant, réalisé au total 9 conférences (talks) dans les écoles d'Abéné et de Kafountine sur les grossesses précoces, les MST et la sexualité sans risque. Plus de 400 étudiants ont participé et ont pu exprimer en toute liberté leurs doutes, leurs inquiétudes et poser des questions sur des sujets encore tabous.




Dans les semaines à venir, nous continuerons avec :


- Plus de discussions, avec les étudiants et les familles

- Ateliers avec des étudiants et des mères et pères sur les grossesses précoces, les MST et la violence masculine

- Journées de sensibilisation à travers le théâtre et les débats


(À suivre...)


0 vue

コメント


bottom of page